Régime santé au bar et en cuisine

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Limiter les risques du métier. L'association régionale pour la médecine et la santé au travail vient d'entamer des visites dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques de la métropole lilloise. L'objectif ? Mettre en place une politique de prévention des risques professionnels. Au-delà des dangers directs (brûlures, coupures...), le secteur hôtellerie-restauration est sujet à des problèmes spécifiques. «Conduites addictives, diabète, troubles du sommeil, tabagisme passif », énumère Karine Legrand-Cattan, médecin du travail et chef du projet. Dès l'an prochain, les travailleurs de moins de 26 ans seront soumis à une évaluation sanitaire pour détailler leur état de santé. « Nous voulons pouvoir chiffrer ces risques », explique-t-elle. Une initiative inédite, impulsée par l'union locale des industries de l'hôtellerie dont fait partie le restaurateur Clément Marot : « Il faut que les jeunes se sentent bien dans nos métiers ». D'autant que depuis 2001, c'est la loi qui oblige les employeurs à évaluer les risques encourus par les salariés de leurs entreprises.

Caroline Béhague