Martine Aubry clarifie sa position sur le traitement de l'autisme

— 

Ni pour, ni contre tel ou tel traitement. Suspectée de double langage sur l'autisme, Martine Aubry, en tant que première secrétaire du Parti socialiste, a tenu à s'expliquer, hier. Point de départ de la polémique : un courrier envoyé en septembre par l'alors candidate à la primaire du PS au président de l'association Vaincre l'autisme. Martine Aubry y parle de « dérives liées à l'assimilation de l'autisme à une maladie mentale et à la terrible pratique du packing* ». Deux mois plus tard, un autre courrier destiné au professeur Pierre Delion, pédopsychiatre au CHRU de Lille, où elle réfute ses propos. « Cette prise de position a été ajoutée sans que je donne mon accord », affirme Martine Aubry qui ne « souhaite pas prendre parti sur les pratiques thérapeutiques » et laisse « ce débat aux scientifiques et professionnels ». Deux écoles s'affrontent en France : les tenants de la méthode comportementale contre les psychanalystes qui refusent de voir en l'autisme une maladie neurologique. « La France est en retard sur ce dossier, avoue Martine Aubry. En tant que politique, il faut impérativement réunir des conférences de consensus pour le faire avancer ». G. D.
* Pratique occasionnelle d'enveloppement dans des vêtements mouillés.