Cathy Marcurat : « Notre objectif : faire évoluer les points de vue des employeurs »

— 

Interview de Cathy Marcurat, directrice de l’Anpe de Tourcoing centre

Imposer un âge ou un sexe pour un poste est un délit. Comment réagissez-vous en cas d’offre discriminatoire ?


Notre objectif n’est pas de brimer mais de faire évoluer les points de vue des employeurs. Nous tâchons de leur faire prendre conscience de leurs attitudes discriminatoires.

Comment réagissent les employeurs concernés ?

Depuis janvier, tous les employeurs qui avaient fait une offre discriminante ont accepté de la rectifier mais nous restons très vigilants. Un employeur peut très bien nous dire qu’il rectifie son offre mais ne jamais recruter de personnes d’origine étrangère ou de personnes de plus de 50 ans. Mais nous finissons par nous en rendre compte. La semaine dernière, j’ai par exemple un conseiller qui m’a confié qu’il avait un doute sur une entreprise. Nous tâchons de les repérer.

Comment faire, justement, pour repérer les discriminations ? Est-ce facile ?

La discrimination liée au sexe ou à l’âge est la plus visible. Nous travaillons beaucoup là-dessus car ce phénomène est peu médiatisé et les entreprises n’ont pas toujours conscience qu’imposer un âge ou un sexe pour un poste est un délit. Par exemple, demander une vendeuse pour une boutique de vêtements féminins peut ne pas paraître choquant au premier abord alors que cette pratique est discriminatoire et donc, illégale. Quant à la discrimination à l’origine, elle est beaucoup plus cachée car les employeurs savent qu’elle est hors la loi.

Propos recueillis par Fanny Bertrand