Les centres-villes particulièrement ciblés

Gabriel Thierry

— 

Braquage à Fives en décembre 2010.
Braquage à Fives en décembre 2010. — M.Libert / 20 Minutes

Jamais deux sans trois. Le prochain week-end s'annonce sous tension, dans la métropole lilloise. Depuis le début du mois de décembre, l'approche des fêtes, synonyme de caisses pleines chez les commerçants, aiguise les appétits des braqueurs. Une bijouterie du Vieux-Lille et un magasin de vêtements de Seclin ont ainsi fait, par exemple, les frais d'attaque à main armée et à la voiture bélier. Un phénomène désormais traditionnel auquel la police est désormais bien rodée : un plan ad hoc a été mis en place, comme chaque année.

Plus imprévisible
« Nous renforçons chaque secteur de la métropole d'au moins un équipage supplémentaire, le samedi et dimanche », précise ainsi la commissaire du secteur lillois, Elisabeth Fouilloux. Il est prévu davantage de policiers, pour dissuader, et éventuellement, intervenir, dans les centres-villes et zones commerciales. « Lille n'est pas une ville où règne l'insécurité : la médiatisation de ce dispositif peut faire réfléchir les braqueurs », espère Claude Sohet, le président de la fédération lilloise du commerce. Car ces dernières années, « la PJ a mis à l'ombre un certain nombre d'équipes et cela a assaini le secteur », remarque Olivier Berton, délégué zonal du syndicat Alliance. Mais une autre forme de délinquance inquiète. Parfois plus violente, elle pose la question de la sécurité « des collègues qui interviennent en police-secours », pointe Olivier Berton. Et elle également plus imprévisible, avec des attaques sans préparatifs.

Casino

Ils avaient braqué les casinos de Lille, Saint-Amand-les-Eaux et Dunkerque. Après l'arrestation du cerveau présumé, le 8 décembre, la PJ a démantelé un réseau à Lille-Sud. Les enquêteurs ont mis en lumière deux « équipes ».