Jeannine Marquaille : « Les solutions ne sont pas que routières »

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Interview de Jeannine Marquaille, vice-présidente (PS) transport et infrastructures du conseil régional.

Vous allez présenter aujourd'hui et demain aux conseillers le schéma régional des transports. Quelles en sont les grandes lignes ?

D'ici à l'horizon 2020, nos priorités restent le développement du transport ferroviaire et de la voie d'eau. Notre but est d'arrimer le Nord aux grands flux de circulation existants vers les pays nordiques.

Et l'A 24, dont la phase de concertation publique démarre en ce moment ?

Cela ne relève pas de nos compétences mais de celles de l'Etat. Nous ne nous en occupons pas. Même si nous sommes conscients qu'il faut décongestionner l'agglomération lilloise.

Comment faire alors ?

Les solutions ne sont pas que routières. Lors des débats, nous évoquerons notamment un projet de type RER/Métro qui longerait l'A1 jusqu'à Arras et l'A25 jusqu'à Dunkerque au départ de Lille. Un tel projet favoriserait d'ailleurs le développement du littoral.

A ce sujet, où en est-on de la décentralisation des ports de Calais et Boulogne ?

Ce dossier est entre les mains du préfet. La création d'un syndicat mixte unique aux deux ports a été envisagée. Avec le développement des plateformes multimodales comme Dourges, c'est une solution possible pour rendre nos ports encore plus compétitifs.

Recueilli par Vincent Vantighem

Estimé entre 1,5 et 2 milliards d'euros, ce schéma régional des transports intègre aussi le renouvellement de l'ensemble du parc ferroviaire d'ici à 2015. Une aubaine pour l'industrie ferroviaire régionale.