Mariage blanc : l'époux submergé de remords

©2006 20 minutes

— 

« On ne traite que très rarement ce type de dossier », témoignait hier le procureur du tribunal de grande instance de Lille. A la barre comparaissaient un Français et une Marocaine qui ont contracté un mariage blanc en novembre 2004 avec l'organisateur de l'union.

L'un des prévenus avait accepté d'épouser une femme marocaine souhaitant rester en France, où résidaient déjà ses deux frères, moyennant 2 500 e. C'est d'ailleurs le neveu de cette dernière qui a endossé le rôle d'organisateur.

Mais quelques mois plus tard, le jeune époux regrette. Il va voir son avocat, qui adresse un courrier au parquet de Lille pour expliquer la situation. « J'ai eu des remords, explique le marié. Quand on m'a proposé ce marché, j'avais des soucis financiers. » L'organisateur, qui n'a touché aucune somme d'argent pour son rôle, a expliqué avoir voulu « rendre service » à sa tante.

Le jury est resté ferme : l'entremetteur et la mariée en blanc ont écopé de trois mois de prison avec sursis, au delà des deux mois requis par le procureur. Le mari repenti, quant à lui, a été condamné à 1 000 euros d'amende. Le fait de contracter ou d'organiser un mariage blanc est passible de cinq ans d'emprisonnement et de 15 000 e d'amende.

Fanny Bertrand