Les enfants autistes profitent aussi de l'accessibilité du musée lillois

— 

L'art à l'assaut de l'autisme. Faire travailler les enfants autistes grâce à leur interaction avec les œuvres est devenu l'une des réussites du Palais des Beaux-Arts de Lille. Cette année deux classes d'intégration (CLIS) des écoles élémentaires Trulin, à Lille et Verhaeren, à Villeneuve d'Ascq, participent une fois par semaine à un atelier au musée.
Une quinzaine d'élèves au total, que Juliette Barthélémy, coordinatrice du projet, voit s'ouvrir sous ses yeux. « Au départ ils ne restent pas longtemps devant une œuvre, certains courent partout. Mais petit à petit ils restent plus calmes, et suivent ce que l'on présente. » D'autant que trois plasticiens ont été formés spécialement pour cela. « Il y a des choses à savoir, explique encore Juliette Barthélémy. Par exemple ces enfants ont une excellente vision périphérique, ils voient très bien les œuvres à côté de celles qu'on leur montre. » Soixante heures de médiation sont dispensées au total dans l'année. La réussite de l'expérimentation lilloise, menée depuis 2008, intéresse d'ailleurs d'autres musées français.O. A.