Sarkozy ne perd pas le Nord de vue

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le Nord-Pas-de-Calais, une terre d'élection pour Nicolas Sarkozy. Pour la deuxième fois en moins de trois semaines, le ministre (UMP) de l'Intérieur, candidat déclaré à l'élection présidentielle, s'est rendu hier sur les terres des deux premières fédérations socialistes de France. Une visite qui l'a mené de Trith-Saint-Léger à Métaleurop Noyelles-Godault, en passant par la maison de l'emploi de Lambersart. « Ce n'est pas un hasard si je viens ici », a déclaré le président de l'UMP.

Son passage a été diversement apprécié hier matin par les salariés de l'usine Valdunes, qui fabrique des essieux à Trith-Saint-Léger. « C'est clair, il vient pour les élections [présidentielles en 2007] », estimait l'un d'entre eux en haussant les épaules. Mais un autre, approuvé par des camarades, expliquait au contraire que c'est « une bonne chose qu'il vienne, c'est une reconnaissance de notre travail ». Reconnaître ceux qui travaillent, un discours martelé hier par Nicolas Sarkozy : « La France souffre de ne pas assez travailler, pas de trop travailler », a répété quatre fois le ministre. Il définit le Nord-Pas-de-Calais comme une région « qui connaît les sacrifices que doivent faire ceux qui veulent réussir ». « Evidemment il vient ici en campagne », a soupiré Albert Facon, président (PS) de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin. « Mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas être sur le terrain, et on sent qu'il est à l'écoute. » D'autant que le ministre-candidat ne néglige pas de flatter son auditoire, comme hier sur le site de Metaleurop : « Je n'ai pas de choses plus importantes à faire que de m'occuper de gens qui ont autant souffert que vous. » « Le Nord-Pas-de-Calais est important pour Sarkozy car il peut y progresser électoralement », explique Albert Facon. Un avis que Ségolène Royal (PS), qui a annoncé sa venue à Orchies le 2 juin prochain, semble partager.

Olivier Aballain

Environ 300 manifestants se sont rassemblés hier à Lille pour l'arrivée de Nicolas Sarkozy. Des étudiants étaient à l'usine Valdunes.