Les anti-CPE ne se dispersent pas

©2006 20 minutes

— 

La grève, ce n'est pas la fête. Même lorsqu'ils ne manifestent pas, lycéens et étudiants qui protestent contre le CPE n'en profitent pas pour s'amuser. C'est ce qui ressort d'une enquête dans les lieux de loisirs qu'ils fréquentent. Et pourtant, hier encore la tentation existait : les universités de Lille-I, Lille-II, Lille-III et 28 lycées étaient encore bloqués dans l'académie et il n'y a pas eu d'appel à manifester.

Certes, Luce Siguier, du cinéma UGC rue de Béthune à Lille, a bien noté une augmentation « légère, d'environ 10 % » de la fréquentation l'après-midi depuis le début de la contestation anti-CPE. Certes, la salle de jeux en réseau Oli Games, idéalement placée entre Lille-II et le lycée Baggio, a observé « une petite hausse de fréquentation en fin d'après-midi. »

Mais d'un autre côté, Frédéric Verdière, directeur du cinéma Le Duplexe, à Roubaix, relativise l'augmentation de fréquentation, qui reste « très limitée, rien de comparable avec un jour de grève des enseignants ». Même constat dans les bars à proximité des établissements. Mieux (ou pire), les salles de jeux Score Games du centre de Lille font état d'une « chute de 30 % environ » de la fréquentation. « Ils sont occupés par le CPE », explique un vendeur.

Olivier Aballain

Une centaine de manifestants opposés au blocage des universités se sont rassemblés peu avant midi sur la place du Théâtre de Lille, avant de partir à l'arrivée de militants anti-CPE.