Costco risque de saturer le marché

Gaëtane Deljurie

— 

Des consommateurs dans un magasin en Californie.
Des consommateurs dans un magasin en Californie. — AP Photo / Paul Sakuma

Pots de mayonnaise de 5 litres, lots de 3 paquets de pain de mie, cookies en sachets de 2 kilos, packs de 30 briques de jus de fruit mais aussi meubles, électroménager et vêtements « à prix défiant toute concurrence »… Voilà ce que pourrait proposer Costco, géant américain du discount, qui vient d'annoncer son installation dès l'année prochaine sur Lille. Le numéro 4 de la distribution outre-Atlantique ne semble pas avoir peur des 700 surfaces commerciales de plus de 300 m² déjà implantées dans la métropole. Et pour cause : Costco importerait un concept complètement inédit, qui a fait ses preuves aux Etats-Unis. En s'acquittant d'un droit d'adhésion annuel (environ 100 $ soit environ 80 €), le client a accès à un immense entrepôt, de 12 000 m² à 14 000 m². Sur les palettes, on retrouve les mêmes grandes marques que dans les hypermarchés. Le choix est largement plus limité, mais les prix sont cassés grâce aux gros conditionnements.

Un défi social pour

la grande distribution
Costco s'annonce donc comme un concurrent de taille pour les grandes surfaces de la région. A commencer par l'enseigne nordiste Auchan, qui se demande « si le modèle correspondra au marché français où l'offre discount est plus importante qu'aux Etats-Unis », soulignant au passage que « la réglementation rend l'ouverture de nouvelles surfaces commerciales beaucoup plus difficile ». Du côté de Métro, leader du commerce de gros en France, pas d'inquiétudes affichées. « Métro est uniquement destiné à des professionnels ayant des besoins très spécifiques. Nous ne visons donc pas la même cible de clientèle ». Les groupes Casino et Carrefour n'ont pas souhaité commenter l'arrivée de cette nouvelle concurrence.
« C'est surtout un grand défi social pour l'ensemble de la grande distribution puisque Costco est exemplaire dans le management du personnel », analyse André-Yves Portnoff, chercheur en prospectives. « La direction de Costco a compris que le respect des salariés, des fournisseurs et des clients se révélaient gagnants à long terme ».