Premiers tours de roues du V'Lille

Gilles Durand

— 

La petite reine rouge et noire a séduit 2500 cyclistes vendredi.
La petite reine rouge et noire a séduit 2500 cyclistes vendredi. — M.Libert / 20 Minutes

Premiers coups de pédale ce week-end du vélo en libre service dans les rues de Lille. Mais aussi premiers couacs, malgré un lancement réussi pour le V'Lille.

L'effet de curiosité a fonctionné. Au centre-ville lillois, les conseillers présents aux bornes de réservation ont eu du travail. D'autant qu'à la station Gare, le lecteur de cartes de crédit a rendu l'âme. « Je voulais m'abonner pour la journée et tester. Tant pis, je vais marcher », regrette Emmanuelle, de Lille. Quentin, qui vient du Var, a pu tenter l'expérience avec son amie. « Il y a de la place partout pour se garer, c'est agréable », avoue-t-il. Vendredi, ils ont été plus de 2 500 à s'abonner à la journée pour utiliser ce vélo en libre-service.

Une aide nécessaire. Chez certains utilisateurs, difficile de s'y retrouver pour l'instant. Les conseillers vont continuer à expliquer le fonctionnement du service jusqu'au 2 octobre dans les stations les plus fréquentées. Ailleurs, il faudra se débrouiller. A la mairie de Mons-en-Barœul, par exemple, aucun conseiller pour renseigner Roselyne et son mari. « Je croyais que lorsqu'on avait payé l'abonnement, on pouvait rouler toute la journée pour 1,40 € », explique-t-elle. Erreur, seule la première demi-heure est gratuite. Et la note risque d'être plus salée que prévue. Elle aurait aussi souhaité que sa fille puisse aller à l'école à V'Lille. Impossible car il n'y a aucune station près de son lycée, à Villeneuve-d'Ascq.

Mieux vaut être petit. Problème de conception ou de morphologie. La barre d'accrochage située sur le cadre en a surpris plus d'un qui se sont cognés le genou à la première accélération. La méfiance est donc de mise quand on a de grandes jambes.