Contact et réseau au cœur d'une belle réussite

— 

L'ancienne infirmière Bénédicte Masse a réussi sa reconversion.
L'ancienne infirmière Bénédicte Masse a réussi sa reconversion. — M. Libert / 20 Minutes

Leur capital est un capital humain. Frédérique Soupison et Bénédicte Masse ont lancé leur boutique en février à La Madeleine. Sur une formule unique en Nord-Pas-de-Calais : proposer conseils, lingerie et accessoires aux femmes atteintes de cancer.
Leur bébé s'appelle Au Cœur des femmes. Une déco soignée côté prune, deux salons particuliers pour l'essayage de lingerie, perruques, bonnets et foulards, sourires dans toutes les pièces... Les deux créatrices d'entreprise ne laissent rien au hasard. « Il a quand même fallu plus d'un an avant d'ouvrir », se souvient Frédérique Soupison. Pourtant les deux quadras, pharmacienne et infirmière avant leur reconversion, n'ont pas connu la galère du manque de capitaux. Aidées par des prêts bonifiés à hauteur de 17 000 € (Oseo, Nacre et Initiative Clé), elles ont décroché un prêt de 20 000 € auprès du Crédit Agricole. « On a senti qu'on touchait une corde sensible, le contact s'est tout de suite bien établi avec les financeurs », témoigne Frédérique Soupison.

Creuser son sillon
Et c'est ce « contact » qui a fait la réussite de l'entreprise. Les deux créatrices ont tissé leur réseau auprès du corps médical, qui fait connaître leur boutique. Le bouche-à-oreille des clientes fait le reste. « Elles ont besoin de retrouver le plaisir de s'occuper d'elles-mêmes », détaille Bénédicte Masse. Témoin cette cliente sexagénaire, venue avec son mari choisir prothèse mammaire et lingerie adaptée... en dentelle : « La première fois, on vient parce qu'on n'a pas le choix. Mais on revient pour se faire plaisir ». Toujours dans la même veine, Au Cœur des femmes espère lancer bientôt une série d'ateliers, dont un atelier du rire « pour donner la pêche » aux clientes. Demain, elles recevront la « mention spéciale du jury » du salon Créer.O. A.