L'ANPE privée remplit son contrat à moitié

©2006 20 minutes

— 

Carton à moitié plein pour le spécialiste de l'insertion professionnelle Ingeus, présent à Lille. La société privée, engagée par l'Unedic pour améliorer le retour à l'emploi des demandeurs présentant un risque de chômage de longue durée, parvient à réinsérer un peu plus d'une personne sur deux, selon les Assedic des Pays du Nord. Un taux plus faible que celui avancé parIngeus, qui estime à 67 % « toutes les personnes qui ont eu un contrat pour une durée minimum de dix jours, intérim inclus », précise Jean-Louis Tauzin, directeur d'Ingeus France.

Au total, en un an, 2 016 demandeurs d'emploi ont intégré ce dispositif de suivi rapproché et personnalisé. Selon Ingeus, au terme des dix mois de suivi, parmi les personnes qui ont trouvé un emploi, 37 % ont obtenu un CDI, 47 % un CDD et 16 % un contrat de travail temporaire. Des résultats supérieurs aux performances de l'ANPE qui, sur ce même public, enregistre un taux de sortie de 48 à 50 %, formations incluses. « Cela me satisfait de voir des gens retrouver un emploi », commente Catherine d'Hervé, directrice régionale de l'ANPE. Mais le plus content reste le chômeur. En effet, selon une enquête Ipsos, 90 % des demandeurs d'emploi ayant adhéré au dispositif expriment une très grande satisfaction. Pourtant, le taux d'adhésion à Ingeus a été inférieur aux prévisions : sur 5 253 demandeurs d'emploi contactés dans le bassin d'emploi de Lille, moins de la moitié a intégré Ingeus. « Les demandeurs d'emploi sont pris en charge trop tard », juge Denis Cavillon, directeur adjoint aux Assedic. En effet, ceux-ci sont contactés trois mois après leur inscription aux Assedic. Beaucoup se disent alors indisponibles. Caroline Béhague

L'ANPE et les Assedic ouvriront, à Calais cet été et à Hazebrouck courant 2007, des locaux communs. En moyenne, un demandeur d'emploi attend dix à quinze jours entre son inscription aux Assedic et à l'ANPE.