« Assis sur une bombe sanitaire »

Recueilli par Olivier aballain

— 

Daniel Lenoir entend lutter contre l'abus d'antibiotiques.
Daniel Lenoir entend lutter contre l'abus d'antibiotiques. — M. Libert / 20 Minutes

Selon le dernier rapport de l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), le Nord-Pas-de-Calais est en tête des régions consommatrices d'antibiotiques, avec 13 % de doses par habitant en plus par rapport à la moyenne nationale. Un problème prioritaire pour Daniel Lenoir, le directeur de l'agence régionale de santé, qui avait coordonné la campagne « Les antibiotiques, c'est pas automatique » en 2002.

Pourquoi la région est-elle surconsommatrice d'antibiotiques ?
C'est un problème d'éducation à la santé. D'ailleurs l'écart se creuse, puisque la baisse de consommation constatée depuis 2002 est plus faible dans la région qu'au niveau national (-16%).

Quel problème cela pose-t-il ?
Plus vous consommez d'antibiotiques, plus la probabilité d'avoir l'apparition de souches antibiorésistantes augmente. On commence, plus que dans les autres régions, à avoir des difficultés à soigner certains patients. Les bactéries résistantes ne sont pas toutes très pathogènes (dangereuses), mais cela peut arriver dans l'avenir. Je crois vraiment que nous sommes assis sur une bombe sanitaire à retardement.

Comment comptez-vous agir ?
Avec l'assurance maladie nous avons décidé, fin 2010, de relancer la lutte contre la surprescription. Il faut donner au patient les moyens de comprendre pourquoi le médecin ne prescrit pas d'antibiotiques. Nous allons aussi promouvoir leur bon usage à l'hôpital, et dans les établissements médico-sociaux (maisons de retraite...), moins sensibilisés à ce problème. Et nous devrons réagir le plus vite possible si une infection antibiorésistante devait se déclarer.