Les douaniers sont sur de bons rails

©2006 20 minutes

— 

Le nez fin.

Depuis janvier, les douaniers du Nord multiplient les saisies historiques : 5,2 tonnes de résine de cannabis à Amiens, 305 kg d'héroïne à Dunkerque.

En un mois, les « objectifs ont été plus que remplis », commente ainsi Jean-Claude Majca, en poste à Valenciennes.

Pour l'administration, ce succès tient en un mot : « réorganisation ».

Les différents services ont été récemment regroupés afin de procéder à une « veille active continue » des grands axes routiers.

« Avant, on avait cinq petites unités de surveillance, confie Christian Bremeersch, inspecteur principal à Dunkerque.

Aujourd'hui, on dispose de deux grosses brigades 24 h/24.

» Ce changement affecte aussi les méthodes.

« Une cellule d'analyse a été créée, explique André Courtecuisse, directeur régional des douanes de Lille.

Selon les horaires ou les itinéraires, on va orienter différemment nos contrôles.

» La chance, le « flair » selon les douaniers, a aussi sa place dans ce travail.

« Les services de l'immigration nous ont mis la puce à l'oreille pour la saisie record des 305 kg d'héroïne, explique Christian Bremeersch.

Sans ça, on n'aurait jamais fouillé ce camion.

» Louée par la direction, cette « réorganisation » n'est toutefois pas du goût des syndicats.

« C'est prétentieux d'avancer que les saisies en sont la conséquence, note José Exposito, délégué CGT à Lille.

Moi, je remarque surtout que 250 emplois ont été supprimés depuis 2004.

» Quant à savoir si l'augmentation des saisies traduit une hausse du trafic, peu osent se prononcer.

« La production du Maroc doit tout de même bien trouver acheteur quelque part », lache tout de même André Courtecuisse.

Vincent Vantighem

Les douanes de Valenciennes doivent être transférées à Lille dans le cadre de la « réorganisation ». En janvier, ce service avait saisi 3,8 tonnes de résine de cannabis et l'équivalent d'environ 50 000 cachets d'ecstasy.