Un marché qui peut attirer quelques convoitises

— 

L'an dernier, un trafic de déchets électroniques a été découvert dans la Marne. L'objectif de ce genre de fraude est de récupérer et de revendre les composants sans effectuer les opérations de dépollution. Or, les entreprises qui se lancent dans la revalorisation de ce genre de déchets sont soumises à des obligations légales. Pour les déchets dangereux, comme les lampes de mercure, l'exportation est uniquement autorisée vers les 34 pays de l'OCDE (généralement l'Europe et les Etats-Unis). Dans le Nord, seules deux entreprises exportent des composants vers la Belgique et les Pays-Bas Le contrôle à l'export est assuré par les douanes et les gendarmes avec l'appui technique de la direction de l'Environnement. Aucune infraction n'a pour l'instant était constatée dans la région.G. D.