Enceinte, une femme mal identifiée perd son bébé

Gilles Durand
— 
L'hôpital mis en cause.
L'hôpital mis en cause. — M.Libert / 20 Minutes

   Une erreur médicale provoque la perte du bébé chez une femme enceinte. Le drame a été révélé, vendredi, dans La Voix du Nord. la semaine dernière, une femme de Wervicq se rend à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Lille pour des soins destinés à prévenir un accouchement prématuré. Elle reçoit malencontreusement un médicament, le Cytotec, censé faciliter l'ouverture du col de l'utérus avant une intervention chirurgicale. Car dans la même unité, une autre patiente, est hospitalisée pour un curetage. Avant d'administrer le médicament, la stagiaire sage-femme a oublié de vérifier l'identité de la patiente. L'erreur a provoqué la perte du fœtus. 

 Manque de personnel
Choquée, la victime envisage de porter plainte pour « que son drame n'arrive pas à d'autres ». Questionné sur l'encadrement de cette stagiaire, le groupe hospitalier de l'institut catholique de Lille, qui gère l'hôpital, n'a pas souhaité s'exprimer. Dans un communiqué, il précise que l'accident « fait l'objet d'une analyse afin d'identifier les causes profondes ayant permis sa survenue et mettre en œuvre les mesures correctives ». Or, d'après le syndicat de sages-femmes, ONSSF, « il n'est pas dans la compétence d'une étudiante d'administrer seule un médicament qui n'est pas anodin, mais le manque de personnel oblige à déléguer de plus en plus de tâches aux étudiants ». Depuis plusieurs mois, les sages-femmes nordistes sont régulièrement en grève pour dénoncer leur manque de moyens. 

sages-femmes

Les sages-femmes manifestaient jeudi, à Paris, contre le manque de reconnaissance de leur métier. En début d'année, une pétition pour conserver les petites maternités et des soins personnalisés avait été envoyée au ministre de la Santé.