Un coup d'épée dans le suicide

©2006 20 minutes

— 

Prévenir l'acte suicidaire. C'est l'ambition affichée de . Une annexe de l'Etablissement public de santé mentale (EPSM) d'Armentières ouvert au coeur de Tourcoing depuis un mois. « Un moment de crise, après une rupture, un décès ou un accident, ça peut arriver à n'importe qui, explique le Dr Catherine Thévenon, directrice. Alors ici, nous essayons d'intervenir le plus rapidement possible. Depuis cinq ans, nous avons formé un réseau d'infirmières et d'éducateurs tourquennois à repérer les signes précurseurs de la crise suicidaire. Une initiative rendue possible grâce à la convivialité des gens du Nord. » Au total, 400 sentinelles sont chargées de guider les personnes en crise vers ce centre d'un nouveau genre. Une première en France. « L'hospitalisation psychiatrique souffre encore aujourd'hui d'une image négative, constate Stéphanie Paul, psychiatre. Nous avons donc choisi de nous installer dans cette grande bâtisse, belle et lumineuse, et qui ne ressemble pas du tout à un hôpital. » Histoire de dédramatiser.

« D'ailleurs, ici le patient rentre chez lui tous les soirs et c'est seulement lorsqu'il se sent prêt qu'il rencontre un psychiatre », souligne Eric Wimetz, cadre de santé. « Le patient se voit alors proposer un plan de soins sur mesure. » Au programme : des consultations avec des spécialistes mais aussi du théâtre, du taïchi ou des arts plastiques. Pourquoi à Tourcoing ? « Parce qu'une étude y a été menée », révèle le Dr Thévenon, « montrant que 36 % des habitants souffrent de troubles psychiques. Beaucoup n'ont plus conscience de leur souffrance. Ils l'ont banalisé. »

Yves Asernal

L'espace Abbé de l'Epée se situe au 21, rue Abbé-de-l'Epée à Tourcoing. Ouvert de 9 h 30 à 18 h 30, même le samedi. Sont pris en charge uniquement les habitants de Tourcoing et de Neuville-en-Ferrain.