Installé à lille depuis dix mois, Surcouf fait plouf

— 

La société Surcouf proche du naufrage ? Dix mois après son arrivée rue du Molinel à Lille, le « vaisseau-amiral » de l'enseigne Surcouf, spécialiste de l'informatique grand public, a raté d'environ cinq millions ses objectifs de chiffre d'affaires sur ce magasin. Recrutement d'équipes trop jeunes, problèmes logistiques d'approvisionnement, bataille juridique avec le constructeur du bâtiment qui contraint au gel du chantier : le tout nouveau siège lillois semble bel et bien enlisé.

Un trou de vingt millions d'euros
Les comptes de l'ensemble du groupe qui compte huit magasins, six cents salariés et génère cent soixante millions d'euros de chiffre d'affaires) sont de toute façon dans le rouge. En 2009, juste après le rachat de l'enseigne par Hugues Mulliez, Surcouf avait déjà perdu vingt-six millions d'euros. Pour 2010, d'après nos informations, le trou atteindrait les vingt millions d'euros. Conséquence normale de la restructuration ? Problème d'approvisionnement à la suite du rachat ? Le dirigeant ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet. L'année dernière, une partie du déficit avait été résorbée par de « mystérieux fonds personnels », raconte une source syndicale. La sérénité affichée de la direction face à cette situation peut toutefois faire penser à un éventuel rachat.Gaëtane Deljurie

Villeneuve-d'ascq

Récemment, Gérard Mulliez, grand-oncle d'Hugues, à la tête du groupe Auchan, a longuement visité à plusieurs reprises le magasin Surcouf de Villeneuve-d'Ascq. Avec une surface de moins de 1000 m2, fonctionnant avec des effectifs réduits et multitâches, ce modèle serait actuellement le plus rentable des huit sites Surcouf.