Double homicide près de Lille: Le meurtrier présumé finalement arrêté

FAIT DIVERS Il est soupçonné d'avoir tué son ex-compagne et l'ami de cette dernière, avant de prendre la fuite, en emmenant ses deux filles...

20minutes.fr avec AFP

— 

La chasse à l'homme n'a pas duré longtemps. Mardi soir, un homme soupçonné d'un double homicide à Marcq-en-Baroeul, près de Lille, a été arrêté en Moselle, rapporte la Voix du Nord. Ses deux filles, qu'il avait emmenées dans sa fuite, sont saines et sauves.

L'homme se serait présenté chez son ex-compagne vers 19h. Une dispute aurait alors éclaté à propos de la garde de deux filles du couple, âgées de deux et cinq ans. Il aurait alors tué son ancienne compagne et le nouvel ami de cette dernière, à l'arme blanche, avant de prendre la fuite en voiture, emmenant les deux fillettes avec lui. Le fuyard aurait téléphoné à des membres de sa famille, en disant qu'il allait déposer les enfants chez eux.

Deux autres enfants en état de choc

Deux autres filles, dont il n'est a priori pas le père, laissés dans la maison, ont ensuite donné l'alerte. Après les faits, elles sont allées demander du secours à des voisins, racontant que leur mère était en train de mourir, selon le voisinage. Elles ont été hospitalisées en état de choc, a-t-on déclaré de source proche de l'enquête. La police a ensuite réussi à entrer en contact avec le fuyard en appelant ses proches et l'aurait convaincu de se rendre, vers 22h45. Il a été interpellé aux alentours de 23h dans l'est de la France et placé en garde à vue.

Joint par l'AFP, le maire de Marcq-en-Baroeul Bernard Gérard (UMP) a fait part de son émotion, déclarant qu'il s'agit de «quelque chose qu'on souhaite ne jamais voir dans sa ville». Les voisins sont «épouvantés par cette affaire», a-t-il poursuivi. Un voisin prénommé Philippe, âgé de 57 ans et qui n'a pas souhaité donner son patronyme, a décrit à l'AFP le meurtrier présumé et son ex-compagne comme «des gens très gentils et discrets».

«Une brave dame, une maman avec ses enfants»

Ils auraient emménagé il y a deux ans, mais le meurtrier présumé n'avait plus été vu chez son ancienne compagne depuis environ trois semaines. Il a décrit la femme comme «une brave dame, une maman avec ses enfants». «C'était adorable de les voir partir à l'école ensemble le matin», a-t-il ajouté.

Un périmètre a été mis en place par la police autour de la maison, ou des fonctionnaires de la police scientifique et technique effectuaient les premières constatations et prenaient des photos de la scène de crime, a constaté un journaliste de l'AFP. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Lille.