Ils font tanguer l'Aéronef

©2006 20 minutes

— 

no credit

« Faire vivre un groupe, c'est un engagement », explique Bastien, chanteur et batteur du groupe de rock lillois Tang. Les quatre musiciens viennent juste d'achever l'enregistrement dans un studio suédois d'Another Thousand Days, Out of this World, leur deuxième album, dont la sortie est prévue en avril. Ils sont depuis lundi à Lille en résidence à l'Aéronef. « Nous avons repris une semaine de congés pour l'occasion », précisent-ils.

Aujourd'hui presque trentenaires, ces autodidactes originaires de Boulogne-sur-Mer et de Saint-Omer ont fondé le groupe Tang (dérivé de « tangerine », clémentine en anglais) en 1997. C'est dans les milieux « underground » de la région que ces copains de lycée ont débuté. « C'était parfois des plans à l'arrache, mais ça nous a permis de nous tisser un réseau dans le milieu », explique Max, le bassiste. Leur musique, un rock mélancolique vociféré dans la lignée de Noise ou de Metallica pourrait laisser perplexe. Elle ouvre cependant les portes d'un univers musical hypnotique déjà découvert dans leur premier album (This Quietness Booms about on the Walls like Birds in Panic) sorti en 2003. Un succès naissant qui ne les a pas fait abandonner leur carrière professionnelle pour autant. Géronto-psychologue, ingénieur informatique, comptable ou éducateur spécialisé, pour eux la musique doit rester une passion... quitte à y sacrifier tout leur temps libre. « On se retrouve trois à quatre fois par semaine pour répéter, raconte Sébastien, le guitariste arrivé dans le groupe en 2004. Il y a aussi les concerts et les phases d'enregistrement. » Pour Xavier, le guitariste-chanteur tout juste papa, la fin d'année a été éprouvante.

Finalistes régionaux du printemps de Bourges en décembre 2005, c'est par un travail de fourmi et avec ténacité que Tang a su s'imposer dans le milieu du rock indépendant. La célébrité ? Juste une reconnaissance agréable pour ces quatre compères qui ont de beaux jours devant eux. La pépinière de l'Aéronef porte bien son nom.

En concert samedi à 18 h 30, à l'Aéronef (avenue Willy-Brandt, 168, centre commercial Euralille). Sur invitation à réserver au 03 28 38 50 50.

Anne Fauquembergue

Aurélien Delbecq, manager du groupe : Le premier album a été un tremplin en 2003. Dans leur deuxième album, ils ont mûri leur identité. Cathy Rollet, chargé de l'accompagnement des groupes pour l'association Domaine musiques : Je les suis depuis septembre 2005. Artistiquement, ils savent où ils vont et se donnent les moyens d'avancer. Ils ont même réussi à m'initier à leur musique. Arnaud Chapon, responsable du service communication de l'Aéronef : Nous avons été séduits par leur motivation. Ils doivent encore parfaire leur jeu scénique. La résidence devrait les y aider.