L’avenir de l’A 24 est loin d’être tracé

© 20 minutes

— 

Pas de ça chez moi. Alors que débutent les réunions de concertation au sujet de l’A 24 – projet d’autoroute reliant Amiens à la Belgique –, les élus nordistes s’écharpent au sujet du parcours que celle-ci pourrait emprunter. Sur les quatre tracés possibles, la direction régionale de l’équipement a semblé privilégier, la semaine dernière, les fuseaux les plus proches de la métropole lilloise. « Sans traverser la métropole, il ne faudrait pas pour autant que le tracé s’en éloigne trop. Sinon, il n’y aura pas de reports de trafic », observe Marc-Philippe Daubresse, vice-président (UMP) du schéma directeur et d’urbanisme à la communauté urbaine. « Les variantes passant par la Flandre semblent être regardées sans grande conviction », indique de son côté Bernard Coisne, maire de La-Chapelle-d’Armentières, qui voudrait échapper à l’A 24. Au tracé « historique », qui traverse la métropole lilloise, Marc-Philippe Daubresse se prononce clairement pour la solution dite du « pont du Badou ». Un itinéraire plus à l’ouest, qui, via un crochet par l’Armentiérois, se greffe ensuite à la RN 58 belge. Ce qui ne plaît guère aux élus des communes situées sur le chemin. « On ne peut pas tout modifier d’un coup de crayon », proteste Michel Delepaul, président (SE) de la communauté de communes des Weppes. Un avis partagé par Bernard Coisne : « Pas question de charcuter La-Chapelle-d’Armentières. » Mais Marc-Philippe Daubresse met en garde : « Si la cacophonie persiste dans la métropole, l’Etat pourrait arrêter l’A 24 avant le Nord. » Avec la menace de voir le surplus de trafic se reporter sur l’A 25 et la rocade Nord-Ouest. « Les élus ont voté le schéma directeur où l’A 24 passe par le pont du Badou », rappelle-t-il. « J’ai donné un avis favorable au schéma directeur, concède Bernard Coisne, mais pas au passage de l’A 24 sur mon secteur. » Caroline Béhague

calendrier La direction régionale de l’équipement reprendra la concertation au printemps. Le préfet se prononcera sur le choix du tracé final fin 2006.