Bruay-la-Buissière se lance dans la viticulture

Fanny Destombes

— 

Les activités ont cessé depuis 1955 sur le terril 2bis à Bruay-la-Buissière. Une renaissance est en cours.
Les activités ont cessé depuis 1955 sur le terril 2bis à Bruay-la-Buissière. Une renaissance est en cours. — M. LiBERT / 20 Minutes

Cuvée des terrils, grand cru de la mine. L'appellation n'est pas choisie, mais la vigne est déjà plantée. Trois mille ceps de Chardonnay à flanc de terril à Haillicourt près de Bruay-la-Buissière. Une expérimentation unique en France. Le projet vient d'un enfant du pays, Olivier Pucek, aujourd'hui directeur de cabinet du président du conseil général de Charentes.

Conditions idéales
« J'avais l'intuition qu'on pouvait faire quelque chose sur ces terrils. J'ai invité Henri Jammet, un viticulteur, à venir voir les lieux. » Le terril présente des avantages certains : l'ensoleillement, la forte pente et un terrain pauvre, drainant, qui restitue la chaleur. Des conditions idéales. « On a choisi un cépage blanc, le Chardonnay, pour sa maturité précoce, explique Henri Jammet. L'objectif est de faire du très bon vin. »
Deux ans ont été nécessaires pour convaincre l'Etablissement public foncier, propriétaire des lieux. « Le projet n'est pas incompatible avec le projet de trame verte », indique Dominique Boidin chargé de gestion de patrimoine. La convention signée pour 18 ans avec les vignerons, exige une culture biologique. La SARL Les Vins Audacieux cherche aujourd'hui sur place une personne capable d'entretenir les jeunes ceps. Le maire Gérard Foucault souhaite y associer un projet d'insertion pour « créer un cheminement en escalier pour les visites. Et pourquoi pas un parc botanique ». Pour l'instant, le site est encore très difficilement accessible, à peine défriché et les vignes ne font guère plus de 30 cm. Les premières vendanges, programmées en 2013, se feront donc à la main sur une pente à 80%...