Le mystère du corps enterré dans le bois de Vimy

— 

Enterrer n'est pas tuer. C'est la dernière version des faits donnée par John. Cet homme de 32 ans est jugé à partir d'aujourd'hui aux assises du Pas-de-Calais. Il est accusé du meurtre de sa concubine Laurence, à leur domicile de Farbus en 2007. « Il a beau dire que ce n'est pas lui qui a tué, il sait que ça ne va pas être facile de convaincre », concède son avocate, Me Julie Gorny.
C'est un euphémisme. Car les différentes déclarations de John vont peser en sa défaveur. Il avait d'abord signalé la disparition de Laurence, puis expliqué, quelques jours plus tard, avoir enterré le corps dans le bois de Vimy. Sur ses indications, le cadavre est retrouvé par les gendarmes, un sac plastique sur la tête. Un an après, John change encore de version en mettant en cause une équipe de trois tueurs qui seraient venus lui dérober un logiciel facilitant des escroqueries. Mais les vérifications de la juge d'instruction (« un travail de fourmi » selon la partie civile) n'ont rien donné. « Il mène tout le monde en bateau. Peut-être qu'il va donner une cinquième version à l'audience », s'énerve Me Marianne Bleitrach, l'avocate des parents de la victime . Rien n'indique pourtant que John s'apprête à changer sa version. « C'est quelqu'un qui reste assez stoïque, qui ne laisse pas beaucoup transparaître ses émotions », note Me Julie Gorny. Le verdict est attendu vendredi.G. T.