La caserne de Lesquin fera-t-elle long feu?

© 20 minutes

— 

« Il n’y a jamais de fumée sans feu, et ils viennent d’allumer la mèche. » Dany Wattebled, maire (UDF) de Lesquin, n’est pas content. Le centre d’incendie et de secours de sa commune (CIS) est menacé de fermeture. Coup du sort, c’est à la sainte-Barbe, le 4 décembre dernier, que la nouvelle est tombée. Ce jour-là, un officier du service départemental des incendies et des secours du département du Nord (Sdis) annonce que le CIS de Lesquin est susceptible de fermer ses portes. Une décision qui suscite alors l’incompréhension des élus locaux. « Si jamais le centre de Lesquin ferme, l’efficacité des interventions s’en ressentira », s’indigne Dany Wattebled. Le Sdis revient dès lors sur sa déclaration. « Même si nous sommes en ce moment en pleine restructuration, le centre de Lesquin restera ouvert. Il s’agit là de rumeurs infondées », se défend Bernard Derosier, président (PS) du conseil général du Nord et du Sdis 59. Le centre d’incendie et de secours de Lesquin emploie trente-cinq sapeurs-pompiers professionnels et couvre six communes – Lesquin, Vendeville, Ronchin, Faches-Thumesnil, Fretin et Templemars –, soit près de 60 000 habitants. Autre particularité, la commune abrite un centre régional de transport, qui compte 300 entreprises sur plus de 300 hectares. « Cela implique un risque important d’incendies », poursuit Dany Wattebled. Même si, depuis un an, le CIS de Lesquin n’assure plus la sécurité de l’aéroport, désormais prise en charge par Sécuritas, une société privée, les sapeurs-pompiers de Lesquin ont effectué 2 050 sorties l’an dernier sur leur secteur. Info ou intox, certains élus invitent en tout cas à la prudence : « Pour l’instant, il n’y a aucune certitude », tempère Nicolas Lebas, maire (UDF) de Faches-Thumesnil. Les élus seront reçus jeudi par Daniel Rondelare, vice-président du Sdis, pour faire le point sur la situation. A. Aymard

chiffres Le Sdis 59 compte 6 000 sapeurs-pompiers, dont 4 000 volontaires, travaillant dans 127 CIS et une quarantaine de centres de premières interventions.