Fin des terrasses à la carte

Gilles Durand

— 

La charte va arriver. Sans se presser. Voilà plusieurs mois qu'il est question de remettre les terrasses de cafés et de restaurants lillois dans les clous en harmonisant l'esthétique. Dans la dernière ligne droite, quelques commerçants ont lancé la fronde. Après une pétition en ligne qui a recueilli 150 signatures, un collectif des restaurants et cafés lillois a envoyé la semaine dernière une lettre ouverte à la maire, Martine Aubry. Il dénonce le projet et laisse planer le risque de voir disparaître 200 emplois. « Moins d'espace signifie moins de serveurs », conteste un cafetier du centre-ville, signataire.

Esthétisme contre emplois
« Nous sommes d'accord pour faire un effort sur l'esthétisme, souligne Laurent Bostyn, directeur du café Leffe et signataire de la pétition. Mais il faut, au moins, qu'on puisse fermer nos terrasses pour abriter les clients ». Un argument que réfute Jacques Richir, adjoint (MoDem) au commerce. « La terrasse n'est pas une extension », dénonce-t-il, prenant exemple sur la Belgique qui « abandonne la fermeture totale des terrasses ». Côté clients, l'intérêt de ces terrasses fermées semble pourtant reconnu. « On n'a pas le même climat que dans le sud », affirme Karine. L'élu assure que la discussion reste ouverte jusqu'à la délibération qui doit avoir lieu au conseil municipal du 23 mai.G. D.