La justice se penche sur un ancien mort de la Deûle

— 

Drame pour une blague. Le procès sur la mort de Guillaume Mittre, cet étudiant lillois de 19 ans, débute aujourd'hui à Douai, devant la cour d'assises des mineurs. En février 2009, le corps du jeune homme avait été retrouvé dans la Deûle, grièvement blessé par un choc contre un escalier de pierre avant sa noyade, victime d'un « pousseur ». Hasard du calendrier, le procès débute quelques semaines après l'émoi des trois derniers noyés. Chez Hervé-Marie Morelle, ça a fait « tilt ». « On a tout de suite, avec mes amis, pensé à un drame du même genre », se souvient l'ami de Guillaume, candidat UMP aux cantonales. « Il n'y a aucun rapport, j'espère qu'il n'y aura pas de confusion », souffle Me Olivier Péan de Ponfilly, l'avocat d'un des accusés. « Ici, tous les faits sont connus. Le seul lien, c'est la Deûle », renchérit fermement un magistrat.
Plus de deux ans après les faits, le tribunal va se pencher, à huis clos, sur la responsabilité des trois accusés, renvoyés l'un pour « violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner », et « non-assistance à personne en danger » pour les deux autres. « Ils voulaient lui faire prendre un bain. C'est un jeu d'étudiants qui a entraîné des conséquences non mesurées, un mélange de bêtise, d'inconscience et de malchance », résume Me Olivier Péan de Ponfilly, Guillaume. Le verdict sera rendu vendredi.Gabriel Thierry