Dix résolutions pour la métropole

© 20 minutes

— 

Comme tout le monde, la métropole lilloise a aussi son compte de bonnes résolutions pour la nouvelle année. Entre les dossiers non fermés en 2005 et les enjeux des mois et des années à venir, la rédaction lilloise de 20 Minutes a sélectionné dix rendez-vous majeurs. Logement, sport, culture, loisirs, environnement, urbanisme : 2006 sera une année charnière pour une agglomération qui n’en finit pas d’être ambitieuse. 1Rénover les résidences universitaires Etudiants le jour, SDF la nuit. Inscrits dans le cycle de la précarité, ils étaient nombreux à la rentrée 2005 à attendre une réaction du rectorat. Un programme de construction de 4 000 logements en dix ans a été entamé mais ils ne seront pas suffisants pour répondre aux besoins des 155 000 étudiants de la métropole. D’autant qu’une grande partie des 9 600 chambres existantes attendent toujours leur rénovation. A l’image de la résidence Châtelet de Lille fermée pour travaux depuis 18 mois. 2 Ouvrir (enfin) le parc Jean-Baptiste-Lebas « L’attente sera le seul coût imposé aux Lillois au sujet du parc Lebas. » Martine Aubry l’a confirmé lors de sa conférence de rentrée : le parc Jean-Baptiste-Lebas ouvrira ses portes en 2006. Les 369 grenades découvertes au moment des travaux ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Mais la terre, rendue meuble par les nombreux tamisages (afin de retrouver lesdites grenades), pourrait nécessiter un traitement spécifique avant d’accueillir les plantations. Ouverture possible en juin. 3Eviter de nouvelles inondations Les 100 millions d’euros du budget assainissement de la communauté urbaine n’ont pas empêché les inondations en juillet dernier. Vice-président UMP en charge de l’assainissement, Bernard Gérard ne compte d’ailleurs pas en rester là. Chaussées drainantes et terrasses végétalisées devraient se multiplier. Quant à la voie rapide urbaine noyée sous 2 mètres d’eau l’an dernier, elle devrait bénéficier d’une nouvelle canalisation en 2008 (2,4 millions d’euros). D’ici là... 4Couronner de succès Lille 3000 Si nous sommes aujourd’hui en 2006, c’est bien en l’an 3000 que nous serons le 14 octobre prochain. Prolongation de Lille 2004, Lille 3000 nous fera vivre à l’heure indienne trois mois durant. Reste à remplir deux conditions : les entreprises doivent se mobiliser comme pour Lille 2004 et surtout la mésentente entre la majorité et l’opposition, qui se plaint de ne pas être associée au projet, doit s’arrêter. 5Enlever le rose de Lille-Flandres De son côté, la gare Lille-Flandres n’a toujours pas tourné la page Lille 2004 : les films roses translucides installés pour la Capitale européenne de la culture recouvrent toujours le toit de la gare. Amorcé début 2005, le décollage a été interrompu, les accès au toit n’étant plus sécurisés. Aux dernières nouvelles, la SNCF attendait que l’inspection du travail donne son aval après les travaux de mise en sécurité. 6Relancer les équipements sportifs Deux principaux dossiers sont en suspens : le choix du site où implanter le grand stade du Losc (lire également page 3), et la nouvelle piscine de dimensions olympiques. La communauté urbaine devrait prendre une décision sur le futur stade d’ici à la première quinzaine de mars. Quant au dossier de la piscine (pressentie à Tourcoing), il a été reporté à un conseil communautaire « ultérieur ». 7Généraliser la collecte sélective des déchets La collecte sélective des déchets devrait être généralisée dans la métropole d’ici à septembre 2007. En attendant, le dispositif, qui permet déjà à plus de la moitié des habitants de la métropole de trier leurs déchets pour favoriser leur traitement, devrait être déployé dans d’autres quartiers de Lille (Fives, Bois-Blancs) dès le mois de mars cette année. 8 Redonner vie à la zone de l’Union Les constructions après les démolitions ? Transformée en pôle d’excellence métropolitain, la zone de l’Union, friche de 70 ha entre Roubaix et Tourcoing, attend ses entreprises. Prévu pour ouvrir à la mi-2007, le centre européen des textiles innovants (Ceti) fait figure de première pierre d’un édifice qui se veut plus vaste. Il faudra pour cela boucler le plan de financement et rénover l’usine Vanoutryve. 9Prendre position sur le logement social La vingtaine de villes de l’agglomération qui n’ont pas respecté leur tableau de marche pour atteindre les 20 % de logement social n’ont toujours pas été officiellement désignées. La responsabilité en incombe au préfet, mais une partie des élus de la communauté urbaine (LMCU) piaffe d’impatience pour décider d’une sanction financière à l’encontre des mauvais élèves. Comme Marc-Philippe Daubresse, son premier vice-président (UMP), le président de la LMCU Pierre Mauroy ne compte toutefois pas bouger avant le préfet. Olivier Abaillan et Vincent Vantighem

10Désigner un adversaire à droite pour Martine Aubry. Christian Decocq, leader de l’opposition UMP au conseil municipal de Lille, est sorti renforcé de l’été 2005. Pour lui, « la campagne a déjà commencé », mais il lui faudra obtenir l’aval des instances nationales de son parti.