Cour spéciale pour gros procès

— 

Les petits plats dans les grands à Douai. C'est une cour d'assises spéciale, c'est à dire sans jurés et uniquement composée de magistrats professionnels, qui juge depuis hier Belkacem Nasri, une figure du milieu de Tourcoing. Une spécificité réservée aux affaires de criminalité organisée.
Déjà condamné par contumace (il était absent) à 10 ans de prison il y a deux ans, Belkacem Nasri est accusé d'avoir participé à des « go-fast », ces livraisons de stupéfiants par voitures de grosse cylindrée. Organisé par un réseau international, le trafic a permis l'importation de plusieurs dizaines de tonnes de cannabis en quelques années. Cheveux courts, rasé de près, Belkacem alias « Bébel », selon les enquêteurs, était en cavale jusqu'à son arrestation, en août dernier, à Villeurbanne. « Il avait un rang élevé dans la hiérarchie du réseau », assure un magistrat proche du dossier. Pendant l'instruction, « Bébel » est resté muet. Mais selon son avocat, Damien Legrand, « il a pris la décision d'expliquer son rôle pendant le procès ». Verdict le 11 mars.O. A.