«Rien à déclarer» de Dany Boon en avant-première dans le Nord

CINEMA Le réalisateur privilégie une nouvelle fois les écrans nordistes et belges...

Gilles Durand

— 

Le réalisateur, lors du tournage à Macquenoise, à la frontière franco-belge.
Le réalisateur, lors du tournage à Macquenoise, à la frontière franco-belge. — M.Libert / 20 minutes

On ne change pas une formule qui gagne. Une semaine avant sa sortie nationale, le troisième film de Dany Boon, Rien à déclarer, débarque aujourd'hui sur les écrans nordistes et belges. Un événement particulièrement attendu par les exploitants de salles qui n'ont pas oublié le phénoménal succès de Bienvenue chez les Ch'tis (20,3 millions d'entrées).

«La sortie s'annonce explosive»

«Cette stratégie de sortie ressemble à la précédente, mais ce décalage se justifie car il respecte le thème du film, avoue Henri Demoulin, responsable de la distribution chez Pathé. On voulait donner la priorité aux Belges, mais sans que les exploitants des départements frontaliers soient pénalisés.»

C'est ainsi que le film sort dans le Nord, l'Aisne (où il a été en partie tourné), les Ardennes et... le Pas-de-Calais, qui se découvre une frontière cinématographique avec la Belgique. «Je n'étais pas très chaud pour partir en éclaireur, explique Michel Luel, distributeur belge chez Alternative Films. C'est risqué si le film montre des signes de faiblesse».

Aujourd'hui, il se dit rassuré par l'engouement des avant-premières. «Les exploitants sont dans les starting-blocks, la sortie s'annonce explosive», assure-t-il. La concurrence, d'ailleurs, s'est effacée. En Belgique, les Ch'tis avait fait 1,15 million d'entrées, dont 90% en Wallonie.