L'Alerte avait été donnée par les riverains

Gilles Durand

— 

Le chantier est interdit d'accès.
Le chantier est interdit d'accès. — M.Libert / 20 Minutes

Bouleversés et furieux. Une association de riverains s'est réunie, hier, à la suite de l'accident mortel qui a coûté la vie, vendredi matin, à un intérimaire de 46 ans sur un chantier dans le Vieux-Lille. Lors de travaux de construction d'une résidence sur le site des anciens Ateliers de Jemmapes, le mur d'une ancienne cave voûtée mise à jour s'est effondré sur un ouvrier. Ce sera à l'enquête de préciser les causes exactes du drame et d'établir les responsabilités. En attendant, ce chantier déjà controversé est sous scellé.

Des fissures et un trou

dans l'immeuble voisin
« Nous avons dressé la liste des problèmes auxquels nous sommes confrontés depuis le début de ce projet immobilier » lance Jean-Michel Leducq, président de l'association de riverains. Depuis 2006, cette dernière dénonce les risques. « Le sous-sol n'est pas stable et les bâtiments sont anciens, depuis le début, on a peur que notre immeuble, à côté du chantier, s'écroule », dénonce-t-il. De nombreuses fissures, et même un trou, sont apparues dans le hall d'entrée.
Le mois dernier, la ville de Lille était intervenue à la suite d'une plainte. « C'est un chantier privé sur lequel nous étions vigilants, et nous avions pris des mesures », confirme Stanislas Dendievel, élu (PS) délégué à l'urbanisme à la mairie de Lille. Les services municipaux avaient diagnostiqué un risque d'effondrement de l'immeuble et fait stopper une partie des travaux côté rue. Mais c'est sur un autre endroit du chantier, à 30 mètres de là, que l'accident s'est produit. Contactés, ni le promoteur Loger Habitat, ni le constructeur Eiffage n'ont souhaité s'exprimer sur le sujet.

conciliateur

Une rencontre est prévue demain entre Eiffage, la ville de Lille et le conciliateur de justice pour évoquer l'arrêt d'une partie du chantier. D'après la mairie, elle se tiendra, « même si la tonalité en sera différente après ce drame atroce ».