Les enfants d'abord

Gilles Durand

— 

Se mettre du côté des enfants. Fin décembre, le député-maire (UMP) de Marcq-en-Barœul Bernard Gérard a déposé deux propositions de loi concernant l'adoption (voir ci-dessous). Le Nord est le département de France le plus concerné par ce sujet avec, fin 2008, 251 pupilles de l'État* recensés et 75 enfants placés en vue d'adoption. « L'idée est de les rendre adoptables plus vite », souligne Bernard Gérard. Chaque année, entre 70 et 90 enfants deviennent pupilles de l'état, un statut qui leur permet d'être adoptés, mais au terme d'une procédure administrative trop longue, selon la conseillère générale (UMP) Brigitte Lherbier. « A 11 ans, il est trop tard pour être adopté », soupire-t-elle. Le bilan d'activité de la Maison de l'adoption (voir encadré) fait d'ailleurs apparaître cette difficulté de « mettre en œuvre des projets d'adoption pour les enfants qui ne sont plus des bébés ».

« Il n'est pas normal de grandir dans un foyer »
Or, dans le département, un tiers des enfants adoptables proviennent d'une déclaration judiciaire d'abandon. « J'ai du attendre d'avoir 16 ans et demi pour devenir pupille*. ça m'a empêché d'avoir une vraie famille », regrette Louisa, vice-présidente de l'Adepave 59, association d'anciens pupilles. En cause, l'acte officiel d'abandon si dur à obtenir parfois auprès de la famille biologique. « Il n'est pas normal de grandir dans un foyer, lance Claude Godin, présidente de l'Adepave 59. Tout ça parce que les autorités veulent maintenir à tout prix des liens familiaux qui n'existent pas. » Pourtant, la loi actuelle prévoit qu'au bout d'un an de désintérêt total par les parents, une déclaration judiciaire d'abandon doit être lancée. « C'est difficile de mesurer le désintérêt d'une famille, mais il faut penser aux enfants », précise Brigitte Lherbier. D'autant que, comme le dénonce Claude Godin, « on mélange dans les mêmes foyers des délinquants avec des jeunes abandonnés ».

Agréments

Créée en 2004 à l'initiative du conseil général du Nord, la Maison de l'adoption est un lieu d'accueil et d'information autour de l'adoption. Elle propose des entretiens pour les démarches d'agrément. En 2009, ces agréments en vue d'adoption sont en forte baisse : 234 contre 344 en 2007. La maison de l'adoption est ouverte du lundi au vendredi, de 13 h 30 à 17 h, au 20-24, rue Gombert, à Lille. 03 59 73 87 43.