La recette du succès roubaisien

Gaëtanne Deljurie

— 

Le Marché des modes met en relief chaque année la vitalité des créateurs installés à Roubaix.
Le Marché des modes met en relief chaque année la vitalité des créateurs installés à Roubaix. — M.Libert / 20 Minutes

En deux ans, ses ventes ont triplé. Depuis qu'elle a ouvert une boutique-atelier avenue Lebas à Roubaix, Orlane Herbin cartonne. Même avec des articles coûtant plusieurs centaines d'euros. « Ma clientèle habite essentiellement Croix, Bondues et Marcq-en-Barœul », détaille la créatrice de 37 ans.

Un pôle très attractif
Proximité du métro, du musée La Piscine et avenue rénovée en promenade : la Maison des modes de Roubaix marque des points par rapport à son homologue de Lille-Sud. « La quinzaine de créateurs et l'espace du Vestiaire constituent un pôle très attractif. Contrairement à Lille où les boutiques-ateliers sont trop espacées », constate Julie Meuriss, installée à Lille-Sud depuis trois ans. La créatrice de sacs vient pourtant de prolonger son bail. « Ces espaces servent à travailler. Nous vendons ailleurs. Si nous avions trop de passage, impossible de créer. » « Contrairement à Roubaix, le Faubourg des Postes ne fait pas rêver, assume la styliste Olivia Nobili. Ma clientèle fidèle se déplace. Les jeunes ont moins d'a priori. Les créateurs jouent la carte de l'underground. »

Marché

« Certains créateurs ont eu peur de manquer de stock », se réjouit Lucie Wattel-Coll de Maisons de Mode. Pour sa 17e édition, le succès du Marché des Modes de Roubaix ne s'est pas démenti. Environ 12 000 visiteurs ont acheté pour près de 220 000 €, sur ce week-end de trois jours. Parmi les créateurs remarqués, Quentin Carnaille, et ses bijoux fabriqués à partir de mécanismes d'horlogerie.