SteevE Briois agressé mardi à Hénin-Beaumont

— 

C'est un fait divers pas comme les autres. Mardi soir, vers minuit, un homme a été agressé alors qu'il promenait son chien dans son quartier, rue Ledru-Rollin à Hénin-Beaumont. La victime, qui a déclaré son agression une demi-heure plus tard au poste de police de Hénin, n'est autre que Steeve Briois, conseiller municipal et régional FN, bras droit de Marine Le Pen dans la région.

Réaction du FN
La chef de file frontiste n'a pas tardé pour publier un communiqué, dans lequel elle dénonce « un véritable guet-apens », une « violente agression (...) inacceptable dans une démocratie ». Steeve Briois, qui a dû se faire poser quatre points de suture au visage, ne se souvient plus des circonstances. Selon la police « il n'est pas en mesure de dire combien de personnes l'ont agressé ». Un « black-out » qui complique la tâche des enquêteurs. Des expertises sont en cours, notamment sur la mare de sang retrouvée sur place. « Étant donné sa blessure, il a vraisemblablement été frappé avec un objet lourd », précise le commissaire divisionnaire de Lens. « Une barre de fer », traduit un proche de l'élu héninois. Lequel affirme que Steeve Briois ne recevait plus de menaces depuis la fin de la dernière campagne électorale. Le parti fait tout de même remarquer que mardi, le jour de l'agression, Steeve Briois avait gagné en appel un procès intenté à un agent de la ville de Hénin, pour un tract diffamatoire diffusé lors de la dernière campagne pour les élections municipales (en 2009). Par précaution sans doute, l'enquête ouverte en « flagrant délit » a été confiée à la sûreté départementale de Lens.O. A.