Ces bâtiments qui dégagent de la chaleur

Gilles Durand

— 

« C'est une maison bleue... » Ou verte, ou rouge ? Un refrain chanté sur tous les toits.
« C'est une maison bleue... » Ou verte, ou rouge ? Un refrain chanté sur tous les toits. — M.Libert / 20 Minutes

Certains bâtiments lillois voient rouge. Après Roubaix en septembre, la ville de Lille a dévoilé sa carte de thermographie aérienne lors du salon « Construire naturel ». Cette carte ­signale les déperditions de chaleur ­enregistrées par une caméra infrarouge. Cinq couleurs, allant du rouge au bleu, permettent de déterminer les toits des logements dégageant plus ou moins de chaleur.

Résultats mis en ligne en avril
« Nous espérons que cet outil va attiser la curiosité des habitants, lance Audrey Linkenheld, adjointe (PS) au logement à Lille. Le but est de les inciter à se renseigner afin qu'ils améliorent éventuellement l'isolation de leur logement. » Ainsi, des permanences d'informations sont programmées dans certaines mairies de quartier*. « Les résultats ne seront pas mis en ligne avant le mois d'avril, quand le travail d'explication et les diagnostics personnalisés seront finis, explique Audrey Linkenheld. Nous voulons éviter les démarchages commerciaux, qui pourraient mettre à profit cette cartographie ».
Car les résultats ne sont qu'une première indication. « Le dégagement de chaleur n'est pas forcément lié à un problème d'isolation », souligne un technicien de la mairie. Un toit plat avec des pierres, mais aussi l'eau, peuvent déclencher la couleur rouge. C'est le cas d'ailleurs du CHR de Lille. La mairie va également en profiter pour réaliser un audit des 50 bâtiments publics les plus énergivores. Avec le secret espoir de voir son avenir énergétique virer au bleu.