La lutte finale de gérard Dalongeville

Gabriel Thierry

— 

Gérard Dalongeville à la sortie d'une audition au tribunal de Béthune en avril 2009.
Gérard Dalongeville à la sortie d'une audition au tribunal de Béthune en avril 2009. — M. Libert / 20 Minutes

C'est la phase finale de l'instruction. Gérard Dalongeville, l'ex-maire d'Hénin-Beaumont, mis en examen pour détournement de fonds publics et corruption passive, va être auditionné ce lundi par la juge d'instruction en charge du dossier, Véronique Pair, à Béthune. Deux autres rendez-vous, le 23 novembre et le 6 décembre, devraient permettre de boucler l'instruction. Gérard Dalongeville sera confronté aux autres mis en examen : une quinzaine de chefs d'entreprise, à Guy Mollet, son éminence grise, et Claude Chopin, ancien adjoint aux finances. « Le dossier avance », se réjouit Eugène Binaisse (DVG), le maire actuel d'Hénin-Beaumont.

« Bavardages d'avocat »
Ces trois rendez-vous sont très attendus du côté de la défense. « Il n'y a rien dans le dossier, que des  », affirme toujours Me Cattoir, le conseil de Gérard Dalongeville. « Des bavardages d'avocat », tranche sèchement Jean-Pierre Roy, le procureur-adjoint de Béthune. Car le parquet sait pouvoir compter sur le jugement rendu par la chambre régionale des comptes en juillet, et qui reconnaissait Gérard Dalongeville comme étant « comptable de fait » de la ville, c'est-à-dire responsable des dépenses indues. L'ancien maire a d'ailleurs fait appel.
Une première stratégie de défense se dessine tout de même : « Mon client se méfiait de Guy Mollet comme de la peste, et il n'y a pas de trace d'enrichissement personnel, sauf son hobby pour les voyages », assure Me Cattoir. Le procès pourrait avoir lieu au courant du second semestre 2011. « On espère que Gérard Dalongeville saura accepter les décisions de justice sans prendre en otage les habitants d'Hénin », souffle Pierre Ferrari, le candidat du PS aux municipales partielles de 2008. Rendez-vous dans un an.