LMCU hausse le taux

Politique Les ambitions de l'agglo ont un prix

Olivier Aballain

— 

La communauté urbaine de Lille casse sa tirelire. En préparant, vendredi, le débat budgétaire pour l'année 2011, le vice-président aux Finances, Dominique Baert (PS), n'a pas voulu revoir à la baisse les ambitions de la métropole : 525 millions d'euros d'investissements prévus en 2011 contre 457 programmés en 2010, et un budget transports qui grandit avec la nouvelle délégation de service public. Quelqu'un va devoir payer : ce seront les entreprises, via la hausse d'une redevance sur le transport.

Autonomie financière
« Avant la réforme des collectivités territoriales, 35 % de nos ressources provenaient des entreprises. Après, c'est seulement 18 % », explique encore Dominique Baert. Or le budget transport a besoin d'argent frais pour mettre en œuvre l'amélioration des services bus, tram et métro prévues à partir de 2011 : quinze millions de plus pour le fonctionnement dès 2011, dix-sept millions en 2012, encore dix en 2013... Plutôt que de mettre les ménages à contribution, LMCU demandera donc vingt et un millions d'euros de plus aux entreprises dès 2011, en passant le « versement transports » de 1,8 à 2 % de la masse salariale. De quoi déplaire à l'opposition, Marc-Philippe Daubresse (UMP) en tête, qui estime que « ce n'est pas le moment, alors que l'on déplore encore 700 défaillances d'entreprise au 3e trimestre dans la région (761 exactement), d'emprunter cette voie un peu facile ». Mais les Verts ont eux aussi grincé des dents, Dominique Plancke ne digérant pas « les 65 millions d'euros inscrits au budget pour améliorer l'accessibilité au Grand Stade ».

Ce n'est pas le genre de chiffre que Dominique Baert cite spontanément : après une baisse de 181 millions d'euros en trois ans, la dette globale de LMCU devrait repartir à la hausse de 73 millions en 2011, pour s'établir à 1560 millions.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.