A défaut de s'étendre, le mouvement se durcit

Gilles Durand

— 

Cri de colère des lycéens, hier après-midi, dans les rues de Lille.
Cri de colère des lycéens, hier après-midi, dans les rues de Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Hier, les manifestations contre la réforme des retraites ont pris de l'ampleur. La police a dénombré environ 3 500 manifestants à Arras, 1 300 à Béthune, 1 000 à Dunkerque, 500 à Boulogne-sur-Mer, 400 à Douai et 300 à Calais.

Incidents devant certains lycées. « Comme on est de plus en plus nombreux, on espère que le gouvernement va céder ». Nausicaa, du lycée lillois Montebello faisait partie du millier d'élèves qui manifestaient, hier après-midi, dans les rues de Lille. Un défilé plus calme que les barrages devant les lycées dans la matinée. Officiellement, huit sont restés temporairement bloqués dans l'académie. Une quarantaine ont été perturbés. A Lille, devant Baggio, Montebello et Fénelon, quelques débordements ont été constatés : voitures retournées et feux de poubelles allumés. Deux personnes ont été interpellées. Douze autres personnes ont subi le même sort dans le département. A Lens, des incidents violents se sont produits entre la police et des jeunes. Incidens donnant lieu à une dizaine d'interpellations. Six jeunes étaient encore en garde à vue hier après-midi.

Débrayages dans la métallurgie. A l'appel de la CGT, une trentaine d'entreprises industrielles de la région, dont Alstom et Bombardier, près de Valenciennes, subissaient hier des débrayages de plusieurs heures. La centrale de Gravelines a décidé d'une heure quotidienne jusqu'à demain. Une rencontre est prévue « lundi ou mardi » entre les représentants syndicaux de la métallurgie et ceux des enseignants « pour envisager des manifestations communes », a déclaré Jean-Pierre Delannoy.
Blocages à la SNCF. Hier, à la mi-journée, une centaine de manifestants, des cheminots Sud et CGT et des fonctionnaires territoriaux, ont bloqué pendant une heure le trafic en gare de Lille Flandres pour montrer la radicalisation du mouvement. Aujourd'hui, la circulation des trains va rester très perturbée. Environ 40 % des TER, 60 % des TGV Nord et un TGV province-province sur trois sont assurées. Circuleront aussi une liaison TER GV Arras-Lille, six Dunkerque-Lille et deux allers-retours Boulogne-Lille. En revanche, le service Eurostar est normal.

gazage

Dérapage devant la mairie de Lille. Un incident, a eu lieu aussi hier matin devant la mairie de Lille. Une cinquantaine d'agents des collectivités territoriales qui effectuaient un barrage filtrant se sont fait gazer suite à une bousculade. « C'est un policier municipal qui a perdu son sang-froid », regrette la mairie.