Vers une remise en cause des constructions

Gilles durand

— 

Les programmes de construction et de rénovations HLM pourraient être ralentis.
Les programmes de construction et de rénovations HLM pourraient être ralentis. — M.Libert / 20 Minutes

Une ponction qui risque de plomber le programme de construction. Depuis l'annonce par le gouvernement du prélèvement de 340 millions d'euros par an pendant trois ans sur les loyers HLM, les bailleurs sociaux s'inquiètent. Notamment dans la métropole lilloise où le taux de logements sociaux est particulièrement élevé. D'ailleurs, les deux géants Partenord (40 000 logements) et LMH (31 659 logements) pourraient bien remettre en question certains chantiers de construction. « D'après nos calculs, cette ponction représenterait entre 2 et 2,5 millions, cela correspond à la construction d'une centaine de logements en moins par an », prévient Laurent Goyard, directeur régional chez LMH. Le programme 2011 de 480 logements est d'ores et déjà remis en cause.

Une hausse maîtrisée des loyers
Et impossible d'augmenter les loyers pour compenser la perte. La hausse, encadrée par l'état, ne pourra en aucun cas dépasser 0,57 %. « On risque la catastrophe si on est obligé de revoir notre plan d'investissement, car la demande de logements est très importante, s'inquiète Arnaud Delannay, directeur de Notre Logis, un petit bailleur social lillois.
S'ajoute l'obligation pour les bailleurs sociaux de passer à partir de juillet 2011 aux normes bâtiments basse consommation (BBC) qui engendrent un surcoût de fabrication de 15 à 25 %. Heureusement, une nouvelle aide européenne est mise en place cette année pour doper le développement des bâtiments basse consommation. « Dans le Nord, environ sept mille logements vont bénéficier de cette aide pour la construction et la réhabilitation », souligne Philippe Lalart, directeur départemental des Territoires et de la Mer. pas forcément suffisant pour compenser les pertes. De toute façon, pour Olivier Tommasini, vice-président de la fédération du bâtiment Nord-Pas-de-Calais, « ce ne sont pas les bailleurs qui vont supporter le surcoût des nouvelles normes mais les entrepreneurs du bâtiment ».

Formation

Mises à part quelques chantiers expérimentaux, aucun bâtiment basse consommation (BBC) n'est encore sorti de terre dans le logement social, même si 136 ont été financées cette année. Les premiers démarrages de travaux sont prévus pour l'an prochain. « Dans un contexte peu favorable, les entreprises ont du mal à se projeter dans l'avenir. Alors on a du mal à les convaincre de se lancer dans la formation », explique Olivier Tommasini, vice-président de la fédération du bâtiment.