En forme, le Colisée de Roubaix affiche désormais 6 000 abonnés

— 

Mieux que l'Opéra ou l'Orchestre national de Lille. Le Colisée de Roubaix a fêté hier son 6 000e abonné. Un exploit quand on sait qu'il y a encore quatre ans, la scène vivotait avec une douzaine de spectacles et entre 1 000 et 1 500 abonnés annuellement. Des travaux de rénovation avaient, entre autres, ralenti la cadence. L'homme du redressement s'appelle Bertrand Millet, ancien programmateur du Zénith, qui débarque à Roubaix en 2006. « Avec une ouverture de salle de 19 m, le Colisée est la plus grande scène de la métropole après le Zénith. Nous sommes les seuls à pouvoir programmer certaines pointures comme Bartabas ou Decouflé », explique le directeur du Colisée. Encore faut-il le faire ! Le secret ? « Aller chercher ce qui marche à Paris », avoue-t-il. Cette saison, une centaine de représentations sont programmées et Jean-François Boudailliez, président du Colisée, espère « atteindre les 100 000 spectateurs, tous spectacles confondus ». Seul bémol, l'absence des habitants du quartier. « Les faire venir est notre nouveau pari », lance Bertrand Millet. La preuve, la 6 000e abonnéen Sylvie Montels, est Lilloise.G. D.