Sur les routes de la Première Guerre mondiale

Gilles Durand

— 

L'une des étapes : le monument aux morts australien de Bullecourt, près d'Arras.
L'une des étapes : le monument aux morts australien de Bullecourt, près d'Arras. — dr

Raconter l'histoire de la guerre. La région inaugure cette semaine les Chemins de mémoire 14-18*, un programme qui recense et organise pour le grand public quatre circuits de visites thématiques sur les champs de batailles de la Première Guerre mondiale. Il était temps, car depuis plusieurs décennies, seuls les Britanniques, Canadiens ou Australiens semblaient s'intéresser à ce pan de l'histoire régionale.

Un gros travail pédagogique
Des dizaines de milliers de touristes anglo-saxons visitent ainsi chaque année cimetières militaires, monuments ou musées historiques du Nord-Pas-de-Calais. Souvent, les visites organisées se faisaient depuis la Belgique ou par le biais d'initiatives privées. A Arras, par exemple, un Australien s'est installé pour monter les circuits. « Cette année, j'ai accueilli 550 personnes, une centaine de plus que l'an dernier », explique-t-il. Le potentiel touristique existe, il reste désormais à l'exploiter pour le comité régional de tourisme (CRT).
Mais, hormis la reconquête des touristes étrangers, c'est surtout le développement de l'intérêt local qui préoccupe les professionnels. « Nous avons un gros travail de pédagogie à faire pour inciter les Nordistes à découvrir ce patrimoine qui nous entoure », admet le CRT. Le premier public visé sera scolaire. Une grande campagne de communication sera lancée prochainement pour que profs et élèves visitent quelques-uns des 110 sites où il reste un vestige de la guerre 14-18. Ces initiatives risquent de se multiplier à l'approche de la célébration du centenaire.