Le futur stade travaille son côté high-tech

Olivier Aballain
— 
L'inauguration du Grand Stade est toujours prévue pour le 13 juillet 2012.
L'inauguration du Grand Stade est toujours prévue pour le 13 juillet 2012. — M. LIBERT / 20 Minutes

Fini la barquette de frites achetée sur le parking à la mi-temps, avec un billet un peu gras. Le futur « Lille stadium arena » sera une enceinte high-tech. Pour ne pas rater le coup d'envoi, 250 entreprises de la région ont participé hier à une rencontre avec le consortium Elisa, en charge de la construction et de la gestion de l'enceinte, qui attend d'elles de nombreuses innovations. Par exemple, la suppression de l'argent circulant dans le stade. « L'idée, explique Gilles Malavallon, le directeur d'Elisa, c'est que, pour acheter quelque chose, on se serve d'une carte rechargeable ». Autre possibilité suggérée : commander sa boisson depuis sa place, grâce à un smartphone.

Un savoir-faire dans la région
Beaucoup des services rêvés par le constructeur n'existent pas encore. Ainsi, il souhaite un système de communication par IP (Internet) indépendant du matériel utilisé : « On ne veut pas se laisser enfermer dans un système dépassé dans trois ans », explique Stéphane Dandoy, directeur technique d'Eiffage. Le constructeur souhaite également une solution technique pour mieux gérer l'ouverture et la fermeture de la « boîte à spectacles », un amphithéâtre logé sous une partie de la pelouse, ou encore un système de vidéosurveillance qui parvienne à filmer le côté opposé du stade sans être ébloui par l'éclairage.
« On a le savoir-faire nécessaire dans la région » pour répondre à ces besoins, certifie Fabrice Galloo, délégué général du Pôle numérique régional. Pour le prouver, un job dating sera bientôt organisé : sept minutes pour présenter une idée. « A prix et compétence identiques, nous choisirons du régional », promet le consortium Elisa.