Une épicerie solidaire menacée d'expulsion

Gilles Durand

— 

L'épicerie solidaire permet à 450 familles de s'approvisionner.
L'épicerie solidaire permet à 450 familles de s'approvisionner. — M.Libert/20 minutes

Mauvaise pioche pour une épicerie solidaire de Loos. Depuis le 1er septembre, son fondateur, Xavier Broussier, président de l'association La Pioche, travaille avec une épée de Damoclès pendue au-dessus des rayons alimentaires. Le propriétaire a décidé de ne pas renouveler le bail du local loué depuis deux ans. « Si je devais partir, ce serait la fin de ce projet, car je n'ai aucune solution de rechange », explique Xavier Broussier. Pourtant, depuis son ouverture en janvier 2009, cette épicerie permet à 450 familles modestes, essentiellement de Loos et de Lille, de s'approvisionner à bas prix.

Impossible d'agrandir le magasin
A l'origine du contentieux, les exigences de Xavier Broussier qui souhaite depuis son installation agrandir le magasin. « Derrière, le local dispose de 400 m2, inutilisables car la commission de sécurité refuse de donner son agrément », se plaint le président de La Pioche, lequel ne cesse de réclamer des travaux. « Le bail spécifie bien la location d'un local de 80 m2, répond la propriétaire. On ne peut pas se permettre d'engager des frais aussi gros avec un loyer aussi bas :1 000 € au lieu de 1 300 € ». Sur les conseils de son avocate, Xavier Broussier a donc choisi de rester et de payer son loyer, comme si de rien n'était. « Le bail commercial de deux ans, qu'il a signé, ne correspond à rien, soutient Me Elizabeth Chevanne. En tant qu'association, il aurait dû bénéficier d'un bail de six ans. C'est la loi. »
La balle est désormais dans le camp du bailleur qui peut saisir à tout moment le tribunal civil pour demander l'expulsion. « Nous n'avons engagé aucune poursuite, précise la propriétaire, mais je ne sais pas ce que compte faire l'agence immobilière qui gère son cas. » En attendant, le magasin reste ouvert.