L'accueil des campeurs-chineurs

G. T.

— 

Leurs quatre-vingts emplacements vont être pris d'assaut. Au camping de La Sablière, à Mérignies, à 20 km de Lille, Patricia et Francis Choquet, les gérants, attendent de pied ferme les bradeux. Pour rendre service, car « ce n'est pas lucratif, même s'il y a un complément financier », assurent-ils. Pas facile de se loger pendant la Braderie : du coup, l'office de tourisme fait appel aux campings des alentours. Ici, Francis a aménagé une pelouse pour les tentes. « Le reste de l'année, on ne fait pas de réservations, précise-t-il. Pour la Braderie, ceux qui ont appelé le mois dernier confirment cette semaine : j'ai déjà une quinzaine de tentes, huit camping-car et des caravanes ». Ils arriveront mercredi, jeudi ou vendredi. Une poignée d'habitués seulement logent sur place, comme Claudine, Sylvain ou Jean, des retraités lillois qui profitent ici du grand air. Prêts à aider les touristes, pourvu que le camping reste calme… W