Un nouveau train tout terrain nommé Bibi

Gilles durand

— 

Le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais a commandé une trentaine de Bibi au total.
Le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais a commandé une trentaine de Bibi au total. — C. Dhalluin / 20 Minutes

Derrière leur surnom, « Bibi », se cache une véritable innovation dans la région : le train hybride. Depuis hier, sept nouveaux TER circulent sur les voies ferrées nordistes. Deux cent vingt-trois places, 160 km/h : difficile de les reconnaître à moins d'aller jeter un œil dans le moteur. Mais c'est là que se concentre l'innovation. Construits chez Bombardier, à Crespin, ces autorails à grande capacité, sans locomotive, sont bi-mode et bi-courant (d'où leur surnom). En clair, ils fonctionnent aussi bien au diesel qu'à l'électricité, et

circulent à leur guide sur les réseaux 25 000 V comme 1 500 V.

Un tiers des voies sont concernées
« Ils vont permettre de circuler sur toutes les voies sans obliger les voyageurs à changer parfois de train et ainsi, raccourcir un peu le temps de parcours », explique la direction de la SNCF. Le besoin existe : sur les 1471 km de lignes régionales, 455 ne sont toujours pas électrifiées, notamment entre Dunkerque et Calais. Le mode hybride ne sera toutefois pas utilisé avant la rentrée de septembre. « On va tester le matériel pour s'assurer de sa fiabilité », précise la SNCF. Principalement entre Arras, Douai, Valenciennes, Béthune et Lille. La région est la dixième en France à s'équiper de ce matériel innovant.

« Il qui a beaucoup de succès », confirme Bombardier, qui a vendu 140 autorails de ce type jusqu'à présent.
Le Nord-Pas-de-Calais en a commandé une trentaine, pour une facture de 171 millions d'euros à la région. L'arrivée de trente « Bibi » d'ici un an va sonner le glas des 18 derniers Rio de 1978, ces TER jaune et acier dont la disparition est programmée pour la fin d'année 2011.