Les porcs de l'angoisse

— 

Une histoire d'eau et de cochons à la fois. Trois amendements, présentés aujourd'hui ou demain à l'assemblée nationale et soutenus par le député (UMP) local Jean-Pierre Decool, ont remis de l'huile sur le feu du projet de porcherie industrielle à Bambecque. Depuis décembre, un collectif se mobilise pour empêcher un éleveur belge de s'installer dans cette petite ville de Flandre. « Ces amendements simplifient effectivement les procédures d'implantation d'établissements d'élevage sans pour autant les rendre plus laxistes, se défend Jean-Pierre Decool. Le but est d'harmoniser la loi française avec les directives européennes. »
Levée de bouclier du côté du collectif bambecquois. « Si on veut harmoniser, il faut aussi imposer le séchage des lisiers, ce qui n'est le cas. Au contraire, ça coûte moins cher pour un éleveur de s'installer en France », s'insurge Jean Deroi, membre du collectif. En plus, selon lui, l'installation de Bambecque risque de polluer l'eau de la rivière. L'enquête publique avait d'ailleurs émis un avis négatif en décembre.G. D.