Pour un abri culturel alternatif

Gilles durand

— 

Un squat pas comme les autres, où les ateliers se multiplient dans les salles vides.
Un squat pas comme les autres, où les ateliers se multiplient dans les salles vides. — E. Delpierre / 20 minutes

Un squat culturel au centre-ville de Lille. Hier, La Voix du Nord dévoilait la présence d'un collectif dans des locaux désaffectés de l'ancien magasin Eurodiff. Un espace de 3 000 m2 à l'abandon depuis deux ans. « Voilà un mois que nous nous sommes installés ici en toute discrétion », raconte Charles, un des membres du collectif. Jusqu'à ce qu'un agent d'EDF découvre leur présence, et donne l'alerte.

« On ne peut pas être

expulsés tout de suite »
Environ 150 personnes gravitent ainsi dans ces lieux autour de projets culturels alternatifs : des ateliers de danse, d'informatique et d'électronique. Projets soutenus par les Verts de Lille. « Ces fabriques de culture sont un intéressant volet complémentaire d'une culture plus institutionnelle », souligne leur secrétaire Stéphane Baly.
En parallèle, Droit au logement (DAL), qui revendique cette réquisition, a déjà pu loger trois familles sans domicile fixe. « Légalement, on ne peut pas être expulsés tout de suite, assure Philippe Deltombe, président régional du DAL. On va profiter de ce délai pour négocier avec les propriétaires, l'enseigne Zara via Goa Invest. » Contactée, la direction de Zara n'a pas souhaité s'exprimer, mais une rencontre est prévue aujourd'hui, à Paris, avec les représentants du DAL.

vacants

D'après le DAL, 60 000 logements sont vacants dans le Nord. Un chiffre que l'association compare avec les 120 000 SDF recensés en 2008 dans la région, par la Fondation Abbé-Pierre.