Accord de folie pour l'ancien directeur

©2006 20 minutes

— 

« Nous nous sommes quittés en très bons termes

» Pour Laurent Dréano, directeur de la culture à la mairie de Lille, l'accord conclu entre la ville et Didier Boisgard, l'ancien directeur de la Maison folie de Wazemmes, est tout ce qu'il y a de plus « normal »

Entériné hier soir par le conseil municipal, cet accord prévoit le versement d'une indemnité de 17 436,27 e à l'ancien directeur de la Maison folie à la suite de la rupture de son contrat en septembre dernier

« C'est logique au regard du travail qu'il a effectué et du déménagement qu'il a dû faire pour venir travailler », explique Laurent Dréano

« Double changement de la vie familiale survenu en une courte période » ou « perte des liens professionnels et personnels antérieurs » sont quelques-uns des motifs qui ont été retenus comme titres du préjudice

« J'aurais voulu qu'on intervienne à ce sujet au cours du conseil municipal

Mais le groupe UMP en a décidé autrement », regrette Loïc Leserre, conseiller municipal UMP

De fait, Christian Decocq, chef de file de l'opposition à la mairie de Lille, avait choisi hier d'éluder cette question : « Cette délibération n'est pas de nature à mettre en péril les finances de la ville même si la méthode est critiquable

» « C'est révélateur de la manière dont la municipalité gère l'argent public et les ressources humaines, pense pour sa part Loïc Leserre

De toutes façons, on ne saura jamais pourquoi il a réellement choisi de partir

» Vincent Vantighem

parcours Recruté pour trois ans, Didier Boisgard est arrivé à Lille en mars 2004 pour lancer la Maison folie de Wazemmes. C'est en septembre dernier qu'il a annonçé son retour dans le Vaucluse, sa région d'origine.