« On peut être sans-papiers et chirurgien »

©2006 20 minutes

— 

Roland Diagne Porte-parole du comité des sans-papiers du Nord Vous célèbrez cette année dix ans de lutte en faveur des sans-papiers

Quel bilan tirez-vous ? Mi-figue, mi-raisin

D'un côté, nous avons obtenu la régularisation de 6 000 sans-papiers à Lille depuis 1996

De l'autre, nous devons toujours faire face à la vaste hypocrisie des hommes politiques

C'est-à-dire ? Nicolas Sarkozy nous instrumentalise à des fins électorales

Il parle de 25 000 expulsions par an

C'est l'arbre qui cache la forêt car il y a plus de 600 000 clandestins aujourd'hui en France

Ils veulent juste les rendre invisibles

Essentiellement pour des raisons économiques

De nombreux patrons du bâtiment ou de la restauration s'appuient sur cette main-d'oeuvre bon marché

Comment pouvez-vous lutter ? On fait tout pour se rendre visible

Les gens doivent prendre conscience de l'existence des sans-papiers

Jeudi, Nicolas Sarkozy présentera son projet de loi sur l'immigration lors d'un comité interministériel

Qu'en pensez-vous ? Ce projet ne vise qu'à rogner sur nos acquis

Le ministre parle d'immigration choisie en fonction des besoins du pays

Ce sera l'occasion pour nous de montrer que l'on peut être sans-papier et chirurgien, musicien ou menuisier

Recueilli par Vincent Vantighem

célébration Pour fêter ses dix ans d'existence, le comité des sans-papiers du Nord organise des manifestations tout au long de l'année traitant de thèmes tels que le droit, la politique ou la musique.