Affaire Sosidec:peines avec sursis requises

©2006 20 minutes

— 

« Ce ne sont pas des peines ridicules

Ce sont des peines que j'estime mesurées

» A l'issue d'un réquisitoire de trois heures prononcé hier après-midi devant trente-cinq prévenus, dont cinq maires poursuivis devant le tribunal correctionnel pour délit de favoritisme, le procureur Ludovic Duprey a demandé des peines avec sursis allant d'un mois à dix mois de prison, mais aussi des relaxes

« Il y a bien eu quelques bouteilles de champagne, quelques repas, quelques financements de campagne politique tout à fait légaux selon la législation en vigueur à l'époque

Mais on n'a pas trouvé de corruption

», a-t-il précisé

En revanche, les quatre premières journées d'audience de l'affaire Sosidec ont apporté des lumières cruelles sur la gestion douteuse des marchés de l'éclairage public qui avait cours au milieu des années 1990 dans treize collectivités de la métropole

La société Sosidec, via ses filiales, avait réussi à obtenir illégalement un monopole dans une dizaine de communes

Facilités administratives, incompétences saupoudrées d'un zeste de copinage, voilà en résumé les reproches qui ont été adressés aux municipalités

« J'ai été négligent », a reconnu Jacques-Yves Wambergue, premier adjoint (UMP) de Lambersart, « la ville d'où le malheur est arrivé », a ironisé le procureur Duprey

A La Madeleine et à Marcq-en-Baroeul, Jacques Dhalluin, l'ex-PDG de Sosidec, était considéré comme un véritable service public

Vingt-cinq avocats doivent encore plaider jusqu'à vendredi

Frédéric Lépinay

inéligibilité S'ils sont condamnés pour délit de favoritisme, les élus mis en cause risquent d'être déclarés inéligibles pour une durée de cinq ans. Mais cette peine peut être réduite par le tribunal.